KRAV-MAGA

HISTORIQUE DU KRAV-MAGA

 

Le krav-maga (ou Krav-Maga, Krav Maga, qui signifie littéralement « combat rapproché ») est une méthode de self-défense israélienne. À l'origine, il a été créé par Imi Lichtenfeld pour les besoins de l'armée israélienne. Aujourd'hui, il est utilisé également par de nombreuses polices et troupes d'élite internationales. Il connaît également un relatif intérêt chez les civils.

 

Imi Lichtenfeld, le fondateur

Bratislava, ville active de l’Empire austro-hongrois, abritait à l'instar de nombreuses villes d’Europe de l'Est une importante communauté juive ashkénaze. Samuel Lichtenfeld était détective et instructeur en chef de la police départementale devenu célèbre pour ses nombreuses affaires élucidées et son enseignement du self-défense[1]. Son fils Imi, né à Budapest en 1910, s'inspira grandement des activités de son père. Il remporta de nombreuses compétitions en lutte, boxe et gymnastique.

Lorsque, dans les années 1930, le fascisme fit son apparition, Imi réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes dont la mission était de protéger la communauté juive locale. Il prit part à de nombreuses bagarres qui lui firent prendre conscience des différences entre les compétitions sportives et les « combats de rue ». De par son action, il devient vite impopulaire auprès des autorités locales, et commença en 1940 un périple de 2 ans qui le mèna finalement en Palestine, après un passage dans les troupes britanniques. Il rejoignit alors la Haganah, formation para-militaire juive préfigurant la future armée israélienne. Il fit partie des troupes de choc, le Palmach, où il enseigna la lutte, la gymnastique et les bases de l'autodéfense.

Expansion

En 1948, il participa à la guerre d'indépendance de l'État d'Israël, puis il rejoignit Tsahal en tant que chef-instructeur pour l'éducation physique et le close combat. Son objectif était de développer une méthode simple, efficace et rapidement assimilable pour répondre aux besoins de l'armée : les techniques sont nées d'un réajustement progressif rendu possible par les retours d'expérience sur le champ de bataille. Après une mission de 2 années en Éthiopie, Imi Lichtenfeld quitta le service actif en 1964. Il ouvrit une école à Netanya et créa officiellement le krav-maga (littéralement Combat Rapproché en hébreu). Après le développement d'un contenu suivant des principes (ex. : chemin le plus court, défense et contre-attaque simultanées) mais restant cependant désordonné, Imi et son équipe structurèrent avec ordre leurs découvertes pour pouvoir les enseigner ("j'avais pensé à créer un système applicable dans la réalité"[2]).

1980 marqua le début de l’internationalisation du krav-maga, auparavant circonscrit au seul État d'Israël. Imi autorisa ses disciples les plus doués à enseigner cette méthode à travers le monde, ceux-ci commençant par faire connaître leur discipline au sein des communautés juives de la diaspora (entre autres Eyal Yanilov aux USA, Richard Douieb en France, Kobi Lichtenstein en Amérique du Sud). Le FBI, la DEA, les Marines, le GIGN et les SAS popularisèrent cette nouvelle forme de close combat auprès du grand public et de nombreux clubs commencèrent à proposer aux civils une façon différente de pratiquer le self-défense (principalement sous l’impulsion de Darren Levine en Amérique du Nord et de Richard Douieb en Europe).

Le décès du fondateur en 1998 marqua le début des dissensions au sein des instances dirigeantes. Peu avant sa disparition, Imi Lichtenfeld affirmait encore que son vœu le plus cher était que "chaque enfant sache se défendre, élevé dans le respect d'autrui"[3].

Objectifs du krav-maga

L'objectif du krav-maga est d'apprendre à se défendre en un minimum de temps de formation.

Le krav-maga n'est pas un mélange de différents arts martiaux et n'est pas conçu comme un art mais comme une méthode de combat rapproché. Dans ce souci d'efficacité, le krav-maga est en perpétuelle évolution. On y retrouve toutefois un grand nombre de techniques de combat issues de la boxe pieds poings, du jiu-jitsu et de la lutte.

Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n'est ni la compétition ni une pratique culturelle et physique. À cela s'ajoute l'absence de règles a priori et les priorités.

La méthode devant être intégrée rapidement pour la formation des soldats, elle ne s'appuie pas sur des qualités physiques particulières et n'est donc pas réservée à des troupes d'élites. La simplicité est déterminante. Le krav-maga est basé sur les réflexes et la rapidité d'action. Des cours sont donnés depuis longtemps aux enfants, même si beaucoup émettent des réserves sur l'ambiguïté des « coups aux parties ».

Les 7 principes d'Imi Lichtenfeld

Le premier est un principe de prévention de bon sens : éviter de se retrouver dans une situation dangereuse, par exemple si l'on fait de l'auto-stop, éviter les individus peu engageants ; éviter de traverser à pieds un quartier dangereux en ville… Secundo, le krav-maga est un art de self-défense basé sur les réflexes naturels du corps humain. Troisièmement : se défendre et attaquer par la voie la plus courte et depuis la position où l'on se trouve, en privilégiant le minimum de prise de risque pour soi-même.
Quatrième principe : en fonction de la situation, et selon le besoin, en fonction du danger que représente l'adversaire, essayer de décourager celui-ci en parlant. Cinquièmement, on utilise les points sensibles du corps humain (yeux, gorge) pour atteindre ou maîtriser l'adversaire. Sixième principe : essayer d'utiliser tous les objets à sa portée, puis les armes naturelles du corps. Enfin dernier principe : pas de loi, aucune limitation sur le plan des techniques, pas d'interdits, tous les coups sont permis.

 

Priorités du krav-maga

Dans une situation donnée, la réponse doit être :

Immédiate Aussi forte que nécessaire Sans appel Naturelle
Choisie pour servir un objectif précis comme déconcentrer, fuir, immobiliser au sol, neutraliser ou s'écarter de quelqu'un.

 

Entraînement au krav-maga

Le krav-maga ne présuppose pas que les combattants respectent un ensemble de règles. En particulier, l'entraînement insiste sur des situations atypiques telles que :

Réagir à une attaque surprise ; Combattre à mains nues contre un adversaire armé d'une arme tranchante, couteau, éventuellement dissimulé, contondante (batte) ou à feu ; Empêcher l'adversaire de sortir une arme ou de s'en servir ; Combattre contre plusieurs adversaires, sortir d'une situation d'encerclement ; Protéger une tierce personne. L'entraînement au krav-maga couvre aussi des situations susceptibles de dégénérer en combat et des méthodes, aussi bien verbales que physiques.

Les qualités développées lors de l'entraînement sont : l'amélioration des réflexes, la fluidité, la rapidité, la précision, l'utilisation correcte des armes naturelles du corps, la détermination, la maîtrise de soi, et des réponses adaptées aux situations d'agression.

L'entraînement s'articule donc autour de deux piliers : les techniques de self-défense et le combat.

 

1. Self-défense : cette composante du krav-maga regroupe toute une série de techniques dont le but est de donner à ceux qui les apprennent la possibilité de se défendre contre des actions hostiles, d'être en mesure d'avoir le dessus sur leur(s) assaillant(s) et d'éviter d'être blessés. Cela comprend également les défenses contre toutes sortes d'agressions : coups de poing, coups de pied, étouffements, différentes prises et attaques à main armée (avec couteau, arme à feu, grenade ou gourdin). L'élève apprend ainsi à appliquer les différentes méthodes de krav-maga dans un maximum de situations (familières ou inconnues) : obscurité, positions assise ou couchée, environnements étroits, contre plusieurs agresseurs, etc.

 

2. Combat : le combat au corps à corps marque une phase plus avancée du krav-maga, où l'on apprend à neutraliser rapidement et efficacement son assaillant. Celle-ci met en oeuvre des éléments ayant trait au combat proprement dit : tactiques, feintes, attaques avec combinaison de plusieurs techniques, dimension psychologique du combat, etc. On distingue plusieurs types de combats :

- Le combat technique. Objectif : il permet de travailler sa technique, seul (shadow) ou face à un adversaire qui ne fait que recevoir les coups (avec ou sans esquives ou parades). Vitesse : lente.

- Le combat souple. Objectif : il permet d'exercer les qualité de vision, de distance et de coordination des mouvements avec le bon timing, le tout en conservant son intégrité physique et son assurance. Vitesse : moyenne.

- Le combat appuyé. Objectif : le but est d'éprouver sa propre efficacité, avec des coups portés mais également reçus. La gestion du souffle et du stress est également recherchée. C'est une logique de progression dans l'échelle des combats. Vitesse : normale.

- Le combat dur. Objectif : l'obtention de ceintures est subordonnée à cette épreuve (à partir de la ceinture verte et obligatoire pour les moins de 40 ans). Ce combat, très encadré, permet au pratiquant de donner le maximum de son potentiel dans un contexte de stress et de peur, tout en gardant sa lucidité. Vitesse : normale.

 

 

LE KRAV MAGA AU SAMOURAI

 

Date de dernière mise à jour : 18/03/2013

 

PRE-INSCRIPTIONS OUVERTE 2018 - 2019 NE TARDEZ PAS !!

Fiche pre inscription 2018 2019fiche-pre-d-inscription-2018-2019.pdf (117.22 Ko)

 

NOUVEAUTE 2018 - 2019 SELF DEFENSE "1 COURS ESSAI GRATUIT"

Selfdefense a5selfdefense-a5.pdf (907.05 Ko)

 

Les résolutions de 2019 se prennent MAINTENANT !

Kung Fu, Krav Maga, Boxe, Taekwondo, Karaté … Venez dès à présent vous entrainez

Bonne année sportive !

LES ARTS MARTIAUX POUR LES ENFANTS

Saison 2013-2014, cours enfants 4 à 6 ansEnfantkf 1jeunes karatékas du Samouraï

L’activité physique est nécessaire parce qu’un enfant a besoin de bouger.

L’avantage du sport est de permettre un développement harmonieux du corps et est également un excellent moyen de socialisation.

Il y a des règles, on doit se respecter les uns les autres ;

C’est une excellente façon d’inculquer à l’enfant des repères qui lui seront utiles pour l’avenir.

Apprentissage sans compétition et accessible à tous. Votre enfant pourra découvrir toutes les disciplines gratuitement avant de se décider.

 

Les Arts Martiaux : maitrise du corps et de l’esprit. Respect, équilibre et souplesse

 

Planning saison 2018-2019

Planning saisie 2018 2020planning-saisie-2018-2019.pdf (355.5 Ko)